Biographie de Tilmann Lhundrup

 

Petite biographie de Tilmann (Lhundrup) Borghardt

Encore ado­les­cent, en 1978, j’ai com­mencé à pra­ti­quer le boud­dhisme et c’est la pra­tique du zen qui m’a d’abord inspiré. Ensuite, en 1981, j’ai ren­con­tré le maître tibé­tain Guen­dune Rin­potché à Freiburg et un peu plus tard, j’ai pris refuge avec Künzig Shamar Rin­potché. Sur son con­seil, j’ai pra­tiqué quo­ti­di­en­nement durant trois ans la médi­ta­tion dans la tra­di­tion Vipas­sana bir­mane avant de m’en­gager, à par­tir de 1984, dans la pra­tique du Vajrayana de l’é­cole tibé­taine Kagyu sous la direc­tion de Kalou Rin­potché et de Ten­ga Rin­potché. Après avoir ter­miné mes études de médecine et d’homéopathie (doc­tor­at en “homéopathie en Inde”), de 1986 à 1990, j’ai accom­pli avec mon ex-femme Irène, une retraite de médi­ta­tion sous la direc­tion de Guen­dune Rin­potché qui est devenu mon guide prin­ci­pal. En 1990, il m’a con­féré l’or­di­na­tion monas­tique et j’ai effec­tué une retraite de médi­ta­tion en groupe jusqu’en juin 1994. Depuis lors et jusqu’à décem­bre 2011, j’ai pra­tiqué et enseigné au monastère Kar­ma Kagyu de Dhag­po Kun­dreul Ling, en France. Guen­dune Rin­potché m’avait demandé en 1994 d’être l’un des lamas (droupe­uns) enseignants les dif­férents cycles de la retraite tra­di­tion­nelle de trois ans ce que j’ai fait pen­dant 17 ans.

J’en­seigne des stages de médi­ta­tion dans plusieurs pays, guide des retraites indi­vidu­elles et de groupes, forme des enseignants du dhar­ma et traduis des textes tibé­tains. J’ai aus­si organ­isé des sémi­naires annuels “Dhar­ma et Psy­chothérapie” pour favoris­er les échanges entre enseignants boud­dhistes et psy­chothérapeutes. Cette activ­ité a abouti en 2009 à la créa­tion de l’In­sti­tut de Psy­chothérapie Essen­tielle  “Insti­tut für Essen­tielle Psy­chother­a­pie” en Alle­magne avec une for­ma­tion sur trois ans.

Depuis début 2012 j’habite près de, au sud de l’Alle­magne où je souhaite dévelop­per une approche boud­dhiste plus adap­tée à notre cul­ture. Cela demande d’avoir du temps pour la lec­ture, faire des recherch­es, ouvrir des débats et écrire. Je con­tin­uerai de guider les pratiquant(e)s intéressé(e)s par de longues retraites, mais dans un cadre moins formel. En 2015 nous avons acheté un ancien hôtel de 26 cham­bres dans la forêt noire qui sert comme un cen­tre de retraite, appelé Insti­tut Ekayana pour un boud­dhisme con­tem­po­rain. Vous y êtes invités et guidés pour des retraites à par­tir d’une semaine jusqu’à plusieures années.

Quelques aperçus de ma vie

Je suis né en 1959. Mes par­ents m’ont appelé Tilmann inspiré par un fameux sculp­teur sur bois. Mon enfance dans l’ensem­ble fut heureuse. Je suis le sec­ond de qua­tre frères et nous nous aimons beau­coup, ce qui est un mer­veilleux cadeau de la vie. L’ado­les­cence m’a vu porter divers­es longueurs de cheveux et de barbe, sor­tir avec de chaleureuses petites amies, beau­coup voy­ager, surtout en auto-stop. Ensuite est venu le temps de mes études de médecine, le temps d’autres amours et de l’ac­tion poli­tique puis le mariage et ses expéri­ences “de sucre et de sel”.

J’avais déjà com­mencé la médi­ta­tion au lycée mais c’est seule­ment au print­emps 1981 que j’ai ren­con­tré mon pre­mier maître boud­dhiste, Guen­dune Rin­potché, un être réelle­ment éveil­lé. La ren­con­tre s’est pro­duite à Freiburg dans la cité de mes études, lors d’un week-end où Lama Gen­dun enseignait l’e­sprit éveil­lé (la Bod­hicit­ta). J’ai eu le sen­ti­ment de ren­con­tr­er pour la pre­mière fois de ma vie une per­son­ne dont la parole et la façon d’être étaient totale­ment en accord, sans aucune con­tra­dic­tion. Son enseigne­ment a pro­fondé­ment influ­encé mon par­cours spir­ituel les années suiv­antes. Une pre­mière com­préhen­sion de la nature de Boud­dha comme étant notre poten­tiel à nous éveiller a pénétré mon coeur de façon indélé­bile. Ce fut ma pre­mière véri­ta­ble intro­duc­tion au Dhar­ma, l’en­seigne­ment de la vérité qui libère.

Quelques mois plus tard, j’ai pris refuge avec Shamar Rin­potché à Paris. Il m’a gen­ti­ment don­né la per­mis­sion d’aller étudi­er la médi­ta­tion auprès d’en­seignants de la tra­di­tion Vipas­sana bir­mane, Saya U Chit Tin et Mère Saya­ma, auprès desquels j’ai fait neuf retraites de dix jours pen­dant trois ans jusqu’à ce que ma femme Irène me fasse ren­con­tr­er Kalou Rin­potché et Ten­ga Rin­potché. Ils m’ont intro­duit à la vision vaste du Vajrayana et du Mahamu­dra et leur direc­tion atten­tion­née nous a inspiré pour effectuer une retraite de longue durée à la fin de mes études.

Sur le con­seil de Ten­ga Rin­potché, nous avons con­tac­té Guen­dune Rin­potché pour qu’il soit notre guide de retraite. En bref, il nous a non seule­ment accep­tés mais nous a offert des con­di­tions par­faites de retraite dans le cen­tre de Dhag­po Kagyu Ling (Dor­dogne). Il nous rendait vis­ite tous les deux ou trois mois et nous dirigeait lui-même, assisté de ses dis­ci­ples expéri­men­tés Hen­rik et Wal­li.

La retraite a duré de l’au­tomne 1986 à l’été 1990, au moment où mon souhait pro­fond de pren­dre les voeux monas­tiques y a mis fin de façon inat­ten­due. Cet été-là, j’ai pris les voeux de chasteté laïque pour recevoir ensuite l’or­di­na­tion monas­tique ain­si que le nom de Kar­ma Seu­nam Lhun­drup en Jan­vi­er 1991 (Irène égale­ment, dès lors appelée Dor­jé Dreul­ma). Nous avons tous deux rejoint le groupe de retrai­tants de trois ans, dans les calmes collines d’Au­vergne.

Ce lieu de retraite est devenu depuis le monastère Kar­ma Kagyu appelé Dhag­po Kun­dreul Ling, com­prenant entre autre dix cen­tres de retraites. A par­tir de l’été 1994, j’ai enseigné dans cet endroit mag­nifique à la demande de Guen­dune Rin­potché comme un des respon­s­ables des retraites tra­di­tion­nelles de trois ans. Con­join­te­ment avec mes col­lègues je me suis occupé de cinq cycles de pre­mière et deux­ième retraite, guidant les médi­tants dans des pra­tiques indi­vidu­elles et de groupe.

Comme vous pou­vez lire dans le résumé de ma biogra­phie, mon tra­vail pour le dhar­ma con­tin­ue main­tenant hors monastère avec une vie moins chargée en respon­s­abil­ités, con­sacrée à l’é­tude, la médi­ta­tion et l’écri­t­ure.

Mes activités

Guider des pratiquants

Mon activ­ité prin­ci­pale demeure celle de guider des retraites de longue durée. Ces prochaines années, je con­tin­uerai de m’oc­cu­per des étudiant(e)s du dhar­ma en France et dans d’autres pays. J’ai l’in­ten­tion d’en­seign­er prinic­i­pale­ment la médi­ta­tion et de don­ner des expli­ca­tions sur les bases essen­tielles du dhar­ma. J’aiderai volon­tiers aux retraites indi­vidu­elles ou de groupes mais unique­ment des retraites d’un mois ou plus. — Un groupe de sept per­son­nes souhaite vivre une vie sim­ple en retraite dans une mai­son en Auvergne tout en s’oc­cu­pant de leur potager et de leur inten­dance. Leur retraite n’est pas lim­itée dans le temps. Je les rejoindrai tous les trois mois pour une semaine inten­sive d’en­seigne­ments et de pra­tique ensem­ble. Notre engage­ment dans cette retraite se renou­vellera d’an­née en année.

Les journées de méditation

Depuis 1997 et jusqu’à fin 2011, j’ai offert un same­di de médi­ta­tion par mois dans le monastère de Kun­dreul Ling. Nous avons tra­vail­lé les instruc­tions de médi­ta­tion don­nées par le Neu­vième Karma­pa dans le texte “Mahamoudra – L’Océan du Sens Pro­fond”. Les tran­scrip­tions de cer­tains de ces enseigne­ments et les enreg­istrements audio sont disponibles dans les archives de ce site.

Traductions

Je suis en train de ter­min­er les tra­duc­tions com­mencées ces dernières années, du tibé­tain en alle­mand, et de ren­dre acces­si­bles celles qui ne sont pas réservées à l’usage unique des cen­tres de retraites. C’est une des raisons pour lesquelles je souhaite me con­sacr­er à une vie assez con­tem­pla­tive entre les enseigne­ments publiques. Les tra­duc­tions sont pour la plu­part éditées chez “Nor­bu Ver­lag” en Alle­magne.

Recherche et rédaction

Le temps dira si mes souhaits se réalis­eront. Ecrire sur la pra­tique du dhar­ma comme une pra­tique naturelle et bien inte­grée dans notre cul­ture occi­den­tale m’in­spire beau­coup. Je souhaite oter des bar­rières à la com­préhen­sion et offrir des passerelles reliant l’en­seigne­ment du Boud­dha aux com­préhen­sions déjà présentes dans la tra­di­tion spir­ituelle, la philoso­phie et la psy­cholo­gie de notre cul­ture. Pour ce faire, il me fau­dra effectuer des recherch­es sur cer­tains thèmes, échang­er avec d’autres et surtout beau­coup appren­dre! Ensuite, cette com­préhen­sion gran­dis­sante aura besoin d’être exprimée et pub­liée. A voir…

En France: la Maison du Dharma à Croizet et le stage de méditation d’été

Une de mes joies des dernières années était de m’oc­cu­per de la Mai­son du Dhar­ma à Croizet avec d’autres pra­ti­quants. Auji­ur­d’hui je n’y séjourne que pen­dant le stage d’été. J’aspire à poou­voir con­tin­uer le stage annuel de médi­ta­tion durant la pre­mière par­tie du mois d’août. Lors de ce stage, nous inté­grons les instruc­tions sur le Mahamoudra aux autres aspects de la pra­tique. L’en­seigne­ment se fait en français et alle­mand avec la pos­si­bil­ité d’autres tra­duc­tions.

En Allemagne: Dharma et Psychothérapie

Une autre activ­ité ces dernières années a été l’or­gan­i­sa­tion de sémi­naires annuels sur le thème “Dhar­ma et Psy­chothérapie” en Alle­magne et en France. Ils représen­taient une plate­forme unique d’échanges entre des enseignants du Dhar­ma et des psy­chothérapieutes boud­dhistes. Des ces échanges est né l’in­sti­tut alle­mand de psy­chothérapie essen­tielle (“Insti­tut für Essen­tielle Psy­chother­a­pie”) où nous offrons une for­ma­tion de trois ans en psy­chothérapie fondée sur les principes boud­dhistes.

Le Brésil et la Grèce

A la demande de sa Sain­teté le Gyal­wa Karma­pa Thaye Dor­je je suis allé plusieurs fois au Brésil et d’autres lamas ont con­tin­ué depuis. Je garderai désor­mais une plage régulière sur mon plan­ning à cette activ­ité pour aider notre enseignant du dhar­ma Gelek-Dirk qui inspire un grand nom­bre de nou­veaux groupes de pra­ti­quants là-bas.  Mon enseigne­ment au Brésil se fait prin­ci­pale­ment en anglais, naturelle­ment traduit en por­tuguais.

Egale­ment à la demande du Gyal­wa Karma­pa ain­si que Jig­mé Rin­poché, j’en­seigne tous les ans dans un stage d’été anglais-grec sur le thème de  “l’En­traîne­ment de l’E­sprit et du Mahamoudra” dans notre cen­tre de médi­ta­tion Kar­ma Rig­dröl Ling dans les mon­tagnes près de Thes­sa­lonique en Grèce. Tout par­tic­i­pant d’autres pays sont de tout coeur les bien­venus.

L’Allemagne: centre du dharma de Fribourg, stage d’hiver et cursus.

Pen­dant plusieurs années je me suis bien impliqué dans le cen­tre du Karma­pa dans la ville de Fri­bourg, en Alle­magne. Ma mère prenant de l’âge habite à une demie heure de là et il m’est pos­si­ble de com­bin­er mon séjour chez elle et l’en­seigne­ment à Fri­bourg.

Les années à venir nous exam­inerons les cinq étapes du Tra­vail avec les Emo­tions enseigné par Kar­ma Chak­mé Rin­poché. Une tra­duc­tion alle­mande du texte enseigné par Gen­dun Rin­poché est disponible à la mai­son d’édi­tion Nor­bu Ver­lag sous le titre “Der Grosse Pfau” (le grand paon).

En 2009 nous avons démar­ré un cur­sus de trois ans sur 12 week-ends pen­dant lequel nous exam­inons et étu­dions inten­sé­ment chaque ligne du “Joyeux Orne­ment” de  Gam­popa. Pour plus de détails sur notre pro­gramme, voir Dhar­ma­gruppe Freiburg.

Allemagne: Möhra et Bliesekow

Sur invi­ta­tion des lamas de notre cen­tre à Möhra, Alle­magne, j’es­saie d’y enseign­er quelques jours tous les ans. Le stage de médi­ta­tion en 2011 se basait sur “La Prière du Mahamoudra” du Troisième Karma­pa et à par­tir de 2012, il est prévu que j’en­seigne sur “L’ élim­i­na­tion de  l’ob­scu­rité de l’ig­no­rance”, un texte du Neu­vième Karma­pa. L’en­seigne­ment se fait en alle­mand, des tra­duc­tions dans d’autres langues peu­vent être mis­es en place si nous sommes infor­més du besoin suff­isam­ment à temps.

Nous avons égale­ment com­mencé une semaine annuelle de médi­ta­tion  (“Mahamudra-Ferien”,“Vacances-Mahamoudra”) dans le gîte de Lama Tashi à Bliesekow où l’on peut appli­quer les ensieg­ne­ments du Mahamoudra dans une ambiance très calme, le tout com­biné avec des prom­e­nades sur les rives de la Mer Bal­tique etc., très vacances mais en con­science.

Ain­si donc vous voici avec une petite vue d’ensem­ble, quelques aperçus de mes activ­ités régulières. Pour les pho­tos ou de plus amples infor­ma­tions, veuillez suiv­re les liens, écrire aux coor­di­na­teurs et voir le cal­en­dri­er sur ce site.

Recevez tous mes meilleurs souhaits,

cor­diale­ment vôtre, Lhün­drup

La retraite a duré de l’au­tomne 1986 à l’été 1990, au moment où mon souhait pro­fond de pren­dre les voeux monas­tiques y a mis fin de façon inat­ten­due. Cet été-là, j’ai pris les voeux de Brah­macarya et j’ai ensuite reçu l’or­di­na­tion monas­tique ain­si que le nom de Kar­ma Sönam Lhun­drup en Jan­vi­er 1991 (et Irène aus­si, dès lors appelée Dor­je Dröl­ma). Nous avons tous deux rejoint le groupe de retrai­tants de longue durée (trois ans) dans les calmes collines d’Au­vergne.